Placements – Investir à la montagne

Les transactions et les prix des placements dans les montagnes sont repartis à la hausse. Les professionnels du secteur sont soulagés grâce au retour de la poudreuse dans les montagnes. Selon, les données récoltées auprès des domaines skiables la fréquentation des pistes à noël a progressé. Ainsi, une progression de 3% a été enregistrée en Savoie, 12% en Haute-savoie, 12% en Isère-Drôme et 13% pour les Pyrénées. Ces données donneront certainement envie à des investisseurs d’opter pour une résidence secondaire à la montagne. L’année 2017 a été une très agité en terme de transactions. En effet, les ventes ont progressé de 5 à 7% selon un avis lepeignoir.

Quels sont les emplacements privilégiés par les investisseurs ?

Les transactions dans les montagnes sont orientées à la hausse après deux années de sommeil. Les investisseurs cherchent sans cesse à acquérir de nouvelles résidences. Notamment, les étrangers Britanniques, Suisses. Leurs choix d’emplacements favoris sont nombreux comme Courchevel, Méribel, Chamonix, Val-d’Isère ou Megève. D’ailleurs, cette commune est également recherchée par les Parisiens qui représentent environ un tiers des investisseurs. Les acquéreurs n’hésitent pas à mettre des prix énormes pour un chalet près des pistes. Le prix peut atteindre 2 millions d’Euros pour l’entrée de gamme. Tandis que, les chalets près des stations peuvent atteindre 5 fois plus.  

Astuces pour investir dans les montagnes.

Les investisseurs doivent fixer un objectif lors de l’acquisition d’un bien immobilier. Le plus important est de connaître ses besoins en matière d’emplacement. Pour le ski, le mieux est de prospecter avec un sac banane homme les stations en altitude. Pour une destination annuelle en été l’idéal est de trouver emplacement moins élevée. Ensuite, l’acquéreur doit prendre en compte du budget à sa disposition.  Les prix sont élevés en altitude et diminuent au fur à mesure de la descente. Les stations ne sont pas toutes inaccessibles. Ainsi, les valeurs peuvent varier, selon les vallées. Afin de rentabiliser leur investissement, de nombreux propriétaires mettent en location leur résidence secondaire lorsqu’ils ne l’occupent pas

FROM SIBERIA TO GANSU TO THIRST LANZHOU

A thousand kilometers of an aqueduct, almost like connecting Paris to Rome. Here is China’s new water project aimed at solving the issue of water shortage in the Gansu Northeast region.

With a population of about 27 million and territories that lie at an altitude of 1800 m above sea level, Gansu is among the areas of China with more water scarcity. To the northeast is bordered by Mongolia, which is affected by drought in the Gobi Desert, and on the west, it has the Taklamakan Desert, rainfall is also very scarce, so the area is at risk of desertification. Lack of water has been a major challenge to the growth and economic development of the entire area.

The new proposal for the construction of the mega water project comes from the provincial capital of Lanzhou, specifically the Lanzhou Urban and Rural Design and Planning Institute, and has been put on white in the « Vision for Urban Planning 2030 « of last February. The scheme aims at the construction of an aqueduct that starts from Lake Baikal in Russia, the largest freshwater lake in the world per volume, and reaches Lanzhou through the Hexi corridor and 1000 km. « In reality, the feasibility of the project depends on a variety of factors such as cost, political and diplomatic issues with Russia and Mongolia, and the ecological impact on Lake Baikal, » explains Wang Hao, director of the Water Resources Institute And hydroelectric research of China.

In the past, the idea of diverting some of the waters of Lake Baikal had already been taken into consideration both in 2000 and 2005, but with little success.

See also Chinese Tourist Agency